Séminaire du mois de juin

JURIS HANDICAP AUTISME organise des séminaires afin d’apporter une meilleure compréhension de l’autisme et des conditions faisant partie du continuum autistique.

SEANCE N° 6/2018  

MERCREDI 27 JUIN 2018 DE 18H À 19H30 :

« Le stress post-traumatique chez les personnes autistes »

SEANCE 6-2018 - 27.06.2018- JHA_ AFFICHE_-page-001.jpg

 

Tarif normal: 10 €; Tarif réduit (étudiants et chercheurs d’emploi) : 5 €

INFORMATIONS ET RESERVATIONS PAR MAIL OU EN LIGNE (Cf. ci-contre) :

jurishandiautisme@gmail.com

(réservation obligatoire pour avoir les codes d’accès aux locaux que vous recevrez par mail)

.

 

Descriptif de la séance:

Les personnes autistes sont, d’une part en sur-adaptation permanente et, d’autre part subissent souvent du harcèlement moral sans trêve.

Cela finit par se traduire dans un stress post-traumatique (STP) qui les rendra vulnérables, alors qu’elles le sont déjà, car hypersensibles. Le SPT ne dépend donc pas nécessairement d’un événement grave tel qu’une guerre ou le terrorisme, mais d’une situation ou diverses situations qui constituent une réelle menace vécue comme une menace de mort. Tout ce qui peut être un obstacle à l’accomplissement des capacités autistiques est perçu comme tel. De même, toute tentative de forcer le fonctionnement autistique pour ramener à un fonctionnement neurotypique (que les autistes n’ont pas), ce qui constitue une atteinte à la structure psychique.

La gravité de cet état est souvent ignorée des personnes autistes. Un professionnel pourra dire qu’il faut juste prendre des médicaments pour sortir de cet état (du moment que les symptômes visibles du SPT sont assimilés à une dépression), mais un traitement anti-dépresseur ne ferait qu’aggraver l’état dans lequel est déjà plongée la personne autiste en SPT qui sera au demeurant tout à fait capable de sourire, plaisanter, etc. (théâtre social), l’entourage ne verra rien d’inhabituel : la personne autiste va camoufler toute sorte de comportement qui pourrait lui porter préjudice.

Savoir repérer cet état est essentiel, du moment qu’en sortir implique un processus qui ne se fait pas seul et la durée du SPT peut s’allonger en faisant perdre un nombre d’années qui peuvent se répercuter sur la vie professionnelle, personnelle et laisser la personne autiste dans un plus grand isolement.

Intervenante : Natalia Pedemonte